Cliquer pour agrandir

10 juin 1944, c'est jour de distribution de tabac ,..., la vision d'Oradour bascule dans l'effroi. C'est une belle journée de printemps qui s'annonce, les enfants retournent en classe et le déjeuner se termine doucement dans le restaurant Milord ou encore chez les particuliers. Il y a quatre jours que le débarquement en Normandie a eu lieu, les troupes de soldats allemands remontent sur le front. La résistance fait tout pour les retarder ou les en empêcher.

 

Depuis le débarquement, la Résistance amplifie ses actes contre la progression des Allemands et leur remontée vers la Normandie. Plusieurs incidents et la position de faiblesse des S.S. va motiver l'exécution d'un acte destiné à impressionner (et surprendre) la population et (peut-être) calmer l'ardeur des résistants. C'est une méthode que les S.S. ont eu l'habitude de pratiquer sur le front de Russie. Ainsi les Allemands choisissent un village sans passé avec le maquis ou la résistance, un lieu tranquille, pour se "venger". Le choix est aussi fait en fonction de la taille du village et des capacités des S.S. 

Cliquer pour agrandir

 

 

[ HISTOIRE ] - La journée du 10 juin 1944 - 1/5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carte Postale - Entrée du village par la route de Limoges.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carte Postale - Place située en bas du bourg, la Halle, Café Brandy, Hotel Milord, Epicerie Mercier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En début d'après-midi, les Waffen S.S. encerclent Oradour et rabattent vers le centre-bourg les personnes qui travaillent dans les champs. La population est rassemblée sur la place principale (le Champ de Foire) pour le prétexte d'un contrôle d'identité. Les hommes sont séparés des femmes et des enfants qui seront menés dans l'église.

 

Les hommes sont répartis en six groupes et menés dans les plus grandes remises ou granges d'Oradour où les allemands ont installé des mitrailleuses.

 

A 16 heures, et en quelques secondes les hommes sont abattus sans comprendre pourquoi. Certaines victimes recevront le coup de grâce. Les allemands recouvrent les corps de matériaux combustibles et mettent le feu dans ces lieux de supplices ainsi qu'aux maisons. Seulement cinq hommes pourront sortir de la grange Laudy sans être abattus par les bourreaux.

 

[ HISTOIRE ] - La journée du 10 juin 1944 - 2/5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Traversée du village et enclerclement par les SS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rassemblement de la population.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Place du Champ de Foire où a été rassemblée toute la population

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A 17 heures, c'est malheureusement au tour des femmes et des enfants (400 personnes) réunis dans la petite église. Les allemands déposent une caisse au milieu de la foule, au milieu de l'édifice. Il en dépasse un cordon qu'ils allument. Cette caisse destinée à asphyxier, explose et met en éclat les vitraux. L'asphyxie ne s'opère alors pas comme les allemands le prévoyaient. C'est alors qu'ils tirent sur les femmes et les enfants. (Aujourd'hui, on peut encore voir les impacts des balles sur les murs intérieurs de l'église). Une femme, Mme Rouffanche, parvient à s'enfuir par un vitrail. Elle est suivie par une autre femme et son bébé. Les cris du bébé alertant les allemands, ces trois personnes sont mitraillées. Seule Mme Rouffanche, bien que blessée, survit en se cachant dans un rang de petits pois dans le jardin du presbytère.

 

A 19 heures, le tramway venant de Limoges arrive sur Oradour. Les occupants sont emmenés dans une ferme proche. Ce n'est qu'en fin de soirée qu'il sont relâchés.

 

[ HISTOIRE ] - La journée du 10 juin 1944 - 3/5

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pillage, la destruction du village se poursuit en fin d'après-midi. Les personnes qui sont simplement blessées meurent brûlées vives. Le lendemain, il n'existe plus que des pans de murs calcinés desquels s'échappent encore de la fumée. Oradour-sur-Glane est rayé de la carte avec ses habitants (328 constructions et 642 victimes). On ne compte que six survivants au massacre (personnes s'étant échappées des lieux de supplice) : 5 hommes et une femme. Quelques autres personnes échappent à la tragédie car elles sont absentes du bourg ou se sont cachées ou enfuies à l'arrivée des allemands par crainte.

 

[ HISTOIRE ] - La journée du 10 juin 1944 - 4/5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Place du Champ de Foire après l'incendie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici un film d'archives, présentant le village juste après le 10 juin 1944.

 

retrouver ce média sur www.ina.fr

 

 

[ HISTOIRE ] - La journée du 10 juin 1944 - 5/5